Back to the list

Cigogne UCITS - M&A - C1

Investment objectives

L'objectif du fonds CIGOGNE UCITS - M&A Arbitrage est de générer des rendements réguliers non corrélés aux principales tendances des marchés, dans un contexte de maitrise du risque. L'arbitrage de fusion/acquisition (ou M&A arbitrage) a pour but de tirer profit des écarts de prix pouvant apparaitre lors d’opérations d'offres publiques d'achat (OPA), d'échange (OPE) ou mixte (OPM). Fondées sur une analyse solide et détaillée du cadre juridique, économique ainsi que de la situation en terme de concurrence, les opérations initiées sont généralement portées jusqu’à leurs dates effectives. L’univers d’investissement est limité aux fusions déclarées et principalement amicales, en acquérant les titres de la société cible ou inversement si nous anticipons l'échec de l'opération. Le fonds peut également tirer profit d'arbitrages de droits dans le cadre d'augmentations de capital selon le principe d'acquisition des droits et vente des actions sous jacentes.

Performance

Since 1 year 0.51 %
YTD 2.74 %
In 2020 -1.72 %
Since 1 month 5.09 %
Since 3 months -0.68 %
Since 5 months -2.14 %

Last investment manager's commentary

L’environnement des fusions-acquisitions s’est restreint en volume au mois de juillet. Les jumbos deal arrivés à échéance n’ont pu être remplacés par des opérations de tailles équivalentes. Plusieurs nouveaux dossiers intéressants sont toutefois apparus. Nous pouvons citer l’acquisition du spécialiste de logiciels de cloud computing Five9 par Zoom à $14.7 Mds ou encore la privatisation du fournisseur de solutions d’expédition en ligne Stamps.com par Thoma Bravo pour près de $6.0 Mds.

Dans un mois plus volatil que les précédents, au cours duquel les investisseurs ont notamment montré des signes de nervosité, le compartiment enregistre une performance négative. Un dossier est en effet venu pénaliser la performance. En effet, seize mois après qu’Aon a annoncé son intention d’acheter Willis Tower Watson, et malgré des progrès significatifs auprès des différentes autorités de règlementation du monde entier (approbation de la fusion par la Commission Européenne dernièrement), les parties ont renoncé à la transaction. Selon les dires du PDG d’Aon, les entités étaient dans une impasse face à l’autorité américaine de la concurrence, c’est pourquoi Aon a préféré abandonner cette opération à plus de $30.0 Mds. La décote s’est fortement élargie depuis l’annonce et restait en fin de mois à un niveau qui nous semble excessivement large, à la vue notamment des performances des comparables depuis le 9 mars 2020 et l’annonce de la fusion. Le cours de la cible, après matérialisation des flux vendeurs post-échec, devrait néanmoins être soutenu par des rachats d’actions massifs, permis par le paiement de la termination fee fixée à $1.0 Md et par le cash accumulé depuis l’annonce de la fusion. Willis Tower Watson publiera également ses résultats du second trimestre et donnera ses perspectives économiques. Nous attendons un resserrement significatif du spread afin de réduire progressivement la position. Avant cela, des gains intéressants avaient pu être dégagés lors de la finalisation de nos deux dossiers majeurs dans le timing escompté. D’une part, SalesForce.com a clôturé l’acquisition de la plateforme de communication professionnelle Slack Technologies. D’autre part, le géant britannique de la santé AstraZeneca a finalisé le rachat de l’américain Alexion Pharmaceuticals suite à l’approbation de l’opération par l’autorité de la concurrence britannique. L’environnement actuel nous amenant à d’avantage de prudence pour la suite de l’année, la baisse des encours engendrée n’a volontairement pas été compensée. Cependant la diversification du portefeuille s’est articulée autour des prises de positions sur le rachat des minoritaires de Santander Consumer par la maison mère, sur le spread Five9 / Zoom et sur 22 autres dossiers pour des tailles modérées dont plusieurs entreprises du segment small cap.

L’environnement des fusions-acquisitions s’est restreint en volume au mois de juillet. Les jumbos deal arrivés à échéance n’ont pu être remplacés par des opérations de tailles équivalentes. Plusieurs nouveaux dossiers intéressants sont toutefois apparus. Nous pouvons citer l’acquisition du spécialiste de logiciels de cloud computing Five9 par Zoom à $14.7 Mds ou encore la privatisation du fournisseur de solutions d’expédition en ligne Stamps.com par Thoma Bravo pour près de $6.0 Mds.

Dans un mois plus volatil que les précédents, au cours duquel les investisseurs ont notamment montré des signes de nervosité, le compartiment enregistre une performance négative. Un dossier est en effet venu pénaliser la performance. En effet, seize mois après qu’Aon a annoncé son intention d’acheter Willis Tower Watson, et malgré des progrès significatifs auprès des différentes autorités de règlementation du monde entier (approbation de la fusion par la Commission Européenne dernièrement), les parties ont renoncé à la transaction. Selon les dires du PDG d’Aon, les entités étaient dans une impasse face à l’autorité américaine de la concurrence, c’est pourquoi Aon a préféré abandonner cette opération à plus de $30.0 Mds. La décote s’est fortement élargie depuis l’annonce et restait en fin de mois à un niveau qui nous semble excessivement large, à la vue notamment des performances des comparables depuis le 9 mars 2020 et l’annonce de la fusion. Le cours de la cible, après matérialisation des flux vendeurs post-échec, devrait néanmoins être soutenu par des rachats d’actions massifs, permis par le paiement de la termination fee fixée à $1.0 Md et par le cash accumulé depuis l’annonce de la fusion. Willis Tower Watson publiera également ses résultats du second trimestre et donnera ses perspectives économiques. Nous attendons un resserrement significatif du spread afin de réduire progressivement la position. Avant cela, des gains intéressants avaient pu être dégagés lors de la finalisation de nos deux dossiers majeurs dans le timing escompté. D’une part, SalesForce.com a clôturé l’acquisition de la plateforme de communication professionnelle Slack Technologies. D’autre part, le géant britannique de la santé AstraZeneca a finalisé le rachat de l’américain Alexion Pharmaceuticals suite à l’approbation de l’opération par l’autorité de la concurrence britannique. L’environnement actuel nous amenant à d’avantage de prudence pour la suite de l’année, la baisse des encours engendrée n’a volontairement pas été compensée. Cependant la diversification du portefeuille s’est articulée autour des prises de positions sur le rachat des minoritaires de Santander Consumer par la maison mère, sur le spread Five9 / Zoom et sur 22 autres dossiers pour des tailles modérées dont plusieurs entreprises du segment small cap.

Risk indicator

Low High
La catégorie de risque est calculée en utilisant des données historiques et simulées et pourrait ne pas constituer une indication fiable du profil de risque futur. Il n'est pas certain que la catégorie de risque et de rendement affichée demeure inchangée et le classement du fonds est susceptible d'évoluer dans le temps.

General information

ISIN LU0893376664
Legal Structure SICAV UCITS
Country of Registration * BE, DE, FR, LU
Launch date 31/03/2013
NAV 1 108.25 EUR (10/09/2021)
Souscription initiale 1.000
Souscription complémentaire 1.000
* subject to investor category

Documents